On ne présente plus Martin Shkreli, cet homme d’affaire américain qui a un beau jour décidé de racheter les droits exclusifs sur un médicament vieux de 62 ans, bon marché et pouvant traiter les maladies circonstancielles du SIDA et du cancer tout en gonflant son prix de vente de plus de 700 dollars (5000% d’augmentation) avant de prétendre faire machine arrière, le dit prix restant inconnu à ce jour.
Ceci est en soi une manœuvre de manipulation bien dégueulasse connue de tous les psychologue sociaux que l’on appelle « technique de la porte-au-nez« , sans compter le profit publicitaire réalisé par le sieur Shkrelli sur le buzz provoqué.
Tout ça en prétendant aider l’humanité, ouais gros, il y a des gens qui manquent pas d’air.

Une journaliste américaine, Eve Peyser, a réussi à le matcher sur Tinder et a publié l’intégralité de la conversation, à découvrir ici. A vomir.

Commentaires