La semaine dernière, la Wallifornie recevait une artiste haute en couleur et en simplicité. Son album Higher vient de voir le jour pour le plus grand plaisir de ceux qui s’étaient laissé emportés par la jolie mélodie (f)estivale « Easy come, easy go ». Mercredi dernier, elle est descendue de son toit pour rencontrer ses fans à la Fnac de Liège. Le temps de quelques heures, elle a vendu son album à la belle pochette black and white, mais surtout des sourires, des rires, de la joie, de la réjouissance, et beaucoup de magie dans cet endroit pourtant si élémentaire qu’est la Fnac.

ALICE ON THE ROOF, L’ORIGINALITÉ TOUT EN SINCÉRITÉ

Il est 16:00 rue Joffre à Liège et je me tiens à l’entrée de la Fnac, mon t-shirt et ma Stan Smith sous le bras, impatiente de voir arriver cette jeune créature mystérieuse qu’est Alice on the roof. Comme moi, une cinquantaine de personnes trépignent sur place. À l’heure, elle arrive à l’heure !! Pour s’évaporer une minutes plus tard… Finalement Alice arrive pour de bon avec une dizaine de minutes de retard, on ne lui en veut pas. On ne peut pas en vouloir à ce sourire et à ce regard de petite fille émerveillée qu’elle porte encore à 21 ans. Les dédicaces commencent… Inutile de préciser que les premières de la fil avaient une veste rose, toutes les deux, oui oui.

Multigénérationnel, ce trop long mot de 18 lettres habille pourtant parfaitement l’album d’Alice. À sa rencontre, toutes les générations. Les petites filles de 8 ans, habillées en rose, l’album collé à la main, classique. Les jeunes du même âge qu’elle, morceaux de papier prêt à la dédicace et iPhone en main prêt au selfie, qui se disent Merde j’ai le même âge et je suis nulle part dans la life. Et puis, et puis, ce public inattendu, le 3ème âge ! Équipés d’un magazine ou même d’une place de concert, aussi émus que les petits, ils s’approchent et embrassent Alice comme ils embrasseraient leur petite fille à la sortie de l’école. Bonjour l’émotion, tout ça tout ça. Puis des profils auxquels on ne s’attend pas… Devant moi, un homme approchant de la trentaine, cheveux aux épaules, serre-tête noir, si je le croise dans la rue je me dis direct qu’il écoute du Nirvana. Mais non ! Il est là, fan d’Alice et a l’air d’être aussi impatient que les petits bouts de 10 ans. On trouverait presque ça mignon, mais non…

C’est mon tour…  Je stresse. C’est bête, elle a le même âge que moi. Cheveux roses, jupe argentée, Converses noires, yeux bleus, rouge à lèvre framboise. Rien n’est laissé au hasard et pourtant, comme le célèbre « coiffé/décoiffé », Alice est « préparée/pas préparée ». Court mais intense, je rencontre Alice on the roof mais surtout Alice Dutoit, simple, naturelle, sincère et attentionnée. Comme une copine, on parle, on rigole, avant même le bonjour, Alice me dit Oh belles lunettes. Je la fais un peu attendre, je lui dis que j’ai quelque chose de spécial à lui faire dédicacer. J’ai peur, voilà ce qu’elle m’a dit. J’ai sorti ma Stan Smith – ma première Stan Smith, abîmée, ayant vécu festivals, vacances et quotidien, mon amour de Stan – et la surprise a eu l’effet que j’espérais !

12719238_10153907265394643_8642492622705107481_o 12371257_10153907265574643_8936992983942498419_o

Les séances de dédicaces ont cet inconvénient d’être réjouissantes mais toujours trop courtes. C’est donc 5 minutes sur la planète d’Alice qui viennent de s’écouler en un claquement de doigts. On lui dit à bientôt et on regrette de ne pas avoir pris de place pour le concert qu’elle donne au Reflektor.

Mmh les coquins…

En attendant l’arrivée d’Alice, on s’est baladé dans les allées de la Fnac pour observer la mise en place et en avant d’un nouvel album, en l’occurrence Higher, celui d’Alice. Eh bien on a découvert leur petite stratégie ! Sur le présentoir en tête de gondole, l’album d’Alice est de haut en bas. MAIS ! S’ils veulent nous faire croire qu’il y a une cinquantaine d’albums, il n’y en a en fait qu’une dizaine. Derrière chaque album se cache une rangée de CD vides, uniquement là pour tromper votre œil naïf. Ainsi, l’album est plus visible et attire votre regard! Bande de petits malins…

Nouveautés au menu :

Alice on the roof accueille deux nouveaux musiciens pour l’aventure de sa tournée avec Higher. De 3 ils passent à 5 musiciens, ce qui devrait encore plus embellir les mélodies électro-pop d’Alice. Mais qui sont-ils ? Vous les connaissez, ils sont belges, ils ont gagné plusieurs prix au D6bels Awards, c’est peut-être même là-bas qu’Alice les a rencontré, on n’en sait rien mais c’est tout simplement François Gustin et Daniel Offerman. Merde, ça ne vous dit rien ? Allez, ce sont deux musiciens du groupe Girls In Hawaii ! Mais surtout ne vous en faites pas, Girls In Hawaii sont toujours intacts, ils n’ont juste pas de projets musicaux cette année !

Je vous quitte déjà en vous laissant en très bonne compagnie puisque je vous laisse avec la nouvelle chanson d’Alice on the roof, Lucky you…

Si vous voulez plus d’info sur sa tournée, son actu, ses photos tout ça tout ça, il y a son site internet (Madame…) http://www.aliceontheroof.com/ et aussi, plus mainstream, sa page Facebook https://www.facebook.com/aliceontheroof. Et MIEUX, si vous voulez connaître un peu mieux Alice, elle était dans Black Pass il n’y a pas longtemps, 25 douces et délicieuses minutes, regardez.

Allez, salut.

Crédit photos :
© Fnac Belgium
© Johan Luykx

Commentaires