Est-ce que vous connaissez cette belle bouille ? jfiozes

C’est Jérôme, plus connu sous le nom de Broken Back. Si ça ne vous dit toujours rien, vous le connaissez à coup sûr grâce à la mélodie de Happiest man on earth. Évidemment, ce petit chat n’a pas qu’une chanson. On a écouté ses musiques, ses reprises, ses mélodies… On a découvert un univers rempli de surprises. Alors on vous en parle…

Première découverte, inattendue et sans aucun doute sa plus grande réussite. On dit ciao Britney et bonjour Jérôme pour une remise au gout du jour du célèbre Baby one more time. Des cris d’aigles en intro, puis un vent souffle pour amener une mélodie aux échos nostalgiques, aux odeurs de sable, aux envies de soirée dans le hamac avec un verre de sangria à la main. Un tempo sympa rejoint la danse. Sur une voix nasillarde, les premières paroles se font entendre. Oh baby baby… D’habitude c’est sur Toxic que les covers s’enchaînent et se ressemblent. Même si l’empreinte de Britney est définitivement indélébile sur cette chanson, Broken Back se l’approprie et nous réapprend à apprécier ces paroles trop entendues : My loneliness is killing me, I must confess I still believe, when I’m not with you, I lost my mind, give me a sign, hit me baby one more time… Sa voix particulière, tantôt cassée, tantôt rauque, nous envoûte un peu plus chaque minute au fil de la chanson. On note que Jérôme y croit beaucoup plus que Britney lorsqu’il chante ces paroles et y donne une connotation beaucoup plus charmante que l’ancienne icône. Bref, allez écouter.

Sur le même rythme et un tempo semblable, Broken Back enchaîne sur le cover de Skinny Love de Birdy. On est dans la même ambiance, il y a sûrement un ukulele qui se cache là-derrière… Pour le coup, on oublierait presque la version de Birdy, oups. Du soleil, de la bonne humeur et des chants sur la plage, voilà ce qu’inspire cette nouvelle version de Skinny Love. Et ça fait du bien !

On fait de la place, allez allez, on se pousse un peu ! Place maintenant aux productions de monsieur. Les siennes, made by Jerôme. Celle qu’on a préféré, réécouté, dévoré, c’est Seven Words. Sa voix arrive très rapidement et ce sur une mélodie tellement légère qu’on croirait presque à de l’acapella. Soudain, des chœurs aigus, une mélodie plus insistante, toujours dans le même esprit que les covers avec une pointe de mélancolie en plus. On tape dans les mains et on se laisse emporter par sa voix grave. Broken Back chante, puis nous abandonne. Puis vient nous rechercher dans les profondeurs de ses mélodies. Un régal pour les oreilles… Finalement, c’est nous, the happiest man on earth à cet instant.

On vous laisse écouter tout ça et bien d’autres surprises encore, d’autres covers, d’autres prod, des featuring (avec Synapson entre autres), tout ça juste ici. Hop, foncez !

Qui se cache derrière ce pseudo composé et cette voix presque à la Cœur de Pirate en mec ?

Jérôme est Français et vient de Saint-Malo. Il apprend très tôt la musique classique et le jazz avec un instrument peu commun : le tuba. A 23 ans, Jérôme fonde 2 start-up et est promis à l’avenir qu’il espérait. Mais en 2012, il se déplace une vertèbre dans le dos (pour les nuls en english, Brocken Back, ça veut justement dire « dos cassé », vous voilà au courant), ce qui l’oblige à lever le pied pour plusieurs mois. Le temps libre qui lui était imposé est rapidement devenu productif puisque Jérôme se met à écrire des chansons et à composer des mélodies. Il ne lui faut pas longtemps pour partager ses productions sur Internet. Là est le déclic puisque de grands DJ comme Kygo le contacte pour collaborer. Plus de doute pour Jérôme, c’est la musique qui rythmera sa vie à présent.

De ce hasard bien tombé est né Dear misfortune, mother of joy, un EP de quelques chansons. Le charme de cet EP, c’est que tout est Homemade comme on dit. Tout a été enregistré dans une chambre d’étudiant. Pas de studio professionnel, pas d’effets musicaux, pas de trucage sur les voix, les mélodies, tout ça tout ça. Non non, rien de tout ça. C’est fait avec les moyens du bord et ça fonctionne plutôt bien !

Si vous voulez voyager encore quelques minutes/heures/jours/années avec Broken Back, il est dispo sur Facebook, sur Twitter, et bien sûr sur son site internet.

Allez, salut.

Crédit photos : © Broken Back

Commentaires