Belles bagnoles, belles femmes, une des magazines people… Voilà le quotidien de toutes les grandes vedettes du football. Toutes sauf une : Eden Hazard. L’anti-star du ballon rond.

Gemma Atkinson, Irina Shayk,… Cristiano Ronaldo a enchaîné les conquêtes. Eden Hazard, quant à lui, est resté fidèle à Natacha Van Honacker sa petite amie des humanités. Le Portugais n’a jamais manqué une occasion de se recoiffer. Le joueur belge arborait fièrement la coupe-mulet en 2007. L’un fait la couverture de tous les magazines. L’autre se contente d’apparitions dans les revues de football. Le joueur du Real est la caricature de la star du football. Eden, lui, mène la vie de monsieur Tout-le-Monde. Portrait du capitaine de notre équipe nationale à la vie exceptionnelle et pourtant bien quelconque.

[signinlocker]

Franck Ribery et l’affaire Zahia. Thibaut Courtois en couple avec la copine de son coéquipier Kevin De Bruyne. La sextape de Mathieu Valbuena. Difficile quand on brille au football d’échapper durant toute sa carrière à un buzz médiatique. Eden Hazard n’échappe pas à la règle. En 2011, le joueur qui évoluait alors à Lille fait lui aussi la Une des quotidiens du pays. L’affaire dépasse même nos frontières. La raison… Un Hamburger ! Une cause pas vraiment sexy, mais qui écorne pour la première fois l’image de notre prodige du ballon rond. À cette époque, le numéro 10 brille à Lille. La Belgique attend par contre que le Brainois enchaîne les coups d’éclat sous les couleurs des Diables Rouges. Une pression énorme. À 20 ans, le joueur peine (logiquement) à répondre aux attentes. Un énième match moyen face à la Turquie et Eden est obligé de quitter le terrain plus tôt que ses équipiers suite à la décision du sélectionneur de l’époque : Georges Leekens (Monsieur 90%). Le Lillois profite de la fin de la rencontre pour aller, comme un supporter lambda, se manger un burger. Le burger de trop. Eden est sanctionné. Pas rancunier, le « Messi » du plat pays se fait alors la promesse de faire parler de lui avec ses pieds et non plus avec sa bouche.

 

Déjà vainqueur du trophée du meilleur espoir du Championnat de France, Eden Hazard outrage, brise et martyrise Paris et toutes les équipes françaises pour s’offrir un doublé : championnat de Ligue 1 2010-2011 et Coupe de France. Une perf’ qui fait alors le tour du globe et qui attise la convoitise des plus grandes nations du ballon rond. Un certain Zinedine Zidane explique notamment qu’il est tombé sous le charme du génie belge. Sage et la tête sur les épaules, le joueur aurait pu tenter une « Toni Brogno » en prenant la fuite après une seule bonne saison. Mais le Brainois veut d’abord confirmer. Une décision intelligente puisqu’il en profite pour empocher le dernier trophée manquant : celui du meilleur buteur. Arrivé comme un poupon, Eden quitte la France comme un grand adolescent. Débarqué en 2005 et après sept années sur le sol français, le Belge n’aura jamais eu droit à une seule brève de Jean-Marc Morandini. Il se sera contenté de couvertures dans l’Équipe. Il est maintenant temps pour lui de découvrir les tabloïds anglais et il décide de rejoindre Chelsea récent vainqueur de la Ligue des Champions 2012.

Eden Hazard, tranquille à Londres - photo : Alex Radicchi

Acheté 40.000.000 d’euros, Eden perçoit en Angleterre un salaire de plus de 500.000 euros par mois. Des montants qui pourraient monter à la tête du jeune international belge. Mais ce dernier considère toujours le football comme un jeu et non comme un business. Lors de ses quatre premières rencontres en Premier League, il remporte à quatre reprises le trophée d’homme du match. Même s’il s’amuse le numéro 17 des Blues n’a pas l’intention de faire de la figuration en Angleterre. Eden brille sur les terrains par ses coups d’accélération. Et il parvient également à briller dans les tabloïds en janvier suite à un coup de pied sur un jeune ramasseur de balle : Charlie Morgan. Un geste qui lui vaut sa première carte rouge dans le monde professionnel. Rafael Benitez, son entraîneur à l’époque, n’hésite d’ailleurs pas à voler au secours de son joueur. « Le football est-il devenu fou? Hazard est exclu après avoir donné un coup de pied dans le ballon sous un ramasseur qui tentait de le bloquer au lieu de le rendre. » La réputation du Belge en prend un coup. Mais cela ne l’empêche pas de remporter l’Europa League pour sa première saison à Chelsea. Quant au jeune ramasseur de ballon, il aura fait le buzz dans les médias et il aura gagné quelques milliers de followers sur Twitter. Il est ensuite tombé dans l’anonymat. Tant mieux.

 

Lors de la saison suivante, Eden Hazard brille régulièrement sur la pelouse de Stamford Bridge. Mais il lui faudra attendre la saison 2014-2015 pour le voir remporter son premier titre de champion de Premier League. Un trophée qui porte la griffe du milieu de terrain puisque celui-ci est nommé meilleur joueur du championnat anglais. Une sacrée récompense. Le Belge s’attire même régulièrement les louanges de son entraîneur de l’époque José Mourinho. Le Portugais déclare que le Belge fait partie des trois meilleurs joueurs du monde. Un chouette compliment, mais qu’il faut encore parvenir à assumer….

 

Et lors de cette saison, le Brainois a eu bien du mal à assumer cette étiquette. Pour la première fois de sa carrière, Eden ne fait plus l’unanimité dans la presse et auprès de ses supporters. Il va vivre durant quelques mois le quotidien d’un joueur normal. On le sent fatigué. Sa relation avec le Spécial One se tend. Après plusieurs résultats catastrophiques, l’autoproclamé meilleur entraîneur du monde est obligé de quitter son club de coeur. Il reçoit son C4 comme un vulgaire Georges Leekens. Difficile à gérer pour l’ego. Le Portugais semble en vouloir à notre numéro 10. Le changement de coach fait les affaires de Hazard. Souvent obligé de défendre sous l’ère Mourinho, il retrouve un peu plus de liberté sous les ordres de Guus Hiddinck. En avril, il marque son premier but de la saison. En mai, il refait le buzz sur Youtube après une action dont il a le secret face à Liverpool. Eden is back. On pourrait même se demander si le joueur passé par Tubize n’a pas attendu l’arrivée de l’Euro pour atteindre son pic de forme. Une (contre)-performance qui ne fait pas les affaires des Blues, mais qui pourrait faire le bonheur de Red Devils.

Eden Hazard, dubitatif- photo : Alex Radicchi

L’histoire d’Eden sous la vareuse des Diables est une longue suite de « je t’aime moi non plus ». Le nom d’Hazard en Belgique est associé à Zinedine Zidane, Lionel Messi, Cristiano Ronaldo… On veut qu’il dribble. On veut qu’il fasse marquer. On veut qu’il marque. Bref, on veut tout de lui. Une étiquette lourde à porter. Le joueur est bien conscient de cette pression. Lors de ces interviews, il assume à chaque fois ce statut. Et comme pour lui ajouter une petite pression supplémentaire, Marc Wilmots vient de le nommer capitaine de l’équipe suite au forfait de Vincent Kompany. Celui qui arrivait régulièrement le dernier aux entraînements va devoir montrer l’exemple durant toute la compétition. Eden sait que les prochaines semaines peuvent donner une nouvelle dimension à sa carrière.

 

Après une Coupe du Monde moyenne pour un joueur d’une telle classe, Eden Hazard va devoir assumer son statut d’héros de la nation. Depuis le début de sa carrière, le numéro 10 ne semble jamais avoir été atteint par la pression. Cette fois-ci, c’est différent. Celui qui passe encore pour un grand enfant sur un terrain doit devenir adulte. Le Belge sait que son mode de vie est à l’opposé des plus grands joueurs de la planète. Pourtant des Cristiano Ronaldo, Zlatan Ibrahimovic,… portent leur équipe vers les trophées. Ils savent qu’ils font partie des meilleurs et ils le prouvent régulièrement. C’est ce qui manque à notre joueur. Il manque un peu d’arrogance. Pourtant s’il veut rejoindre leur cercle, il va falloir qu’il assume son statut de grand et il va devoir marquer l’Euro de son empreinte. On sait qu’il a assez de talent pour pouvoir le faire. Il faut maintenant que le joueur passe un cap et qu’il arrive à le prouver à l’Europe entière. S’il y arrive Eden pourra savourer ses vacances à Disney en compagnie de ses enfants et de son épouse. Il sera loin des yachts et des mannequins, mais on ne pourra jamais changer totalement l’enfant millionnaire du royaume de Belgique.

 

Eden Hazard, content - photo : Alex Radicchi12
Eden Hazard a inscrit 12 buts en 62 sélections avec les Diables Rouges (ndlr : l’article a été écrit avant Belgique – Norvège). On espère qu’il parviendra à augmenter son total durant l’Euro. On doit également noter que le Belge de 25 ans pourrait faire partie des joueurs les plus capés dans le futur. Une belle performance pour un joueur bien moins souvent blessé que Vincent Kompany.

Papa presque modèle 

Eden Hazard est père de trois enfants: Yanis (5 ans), Léo (3 ans) et Samy (1 an). Le papa est fier de sa progéniture. On peut d’ailleurs parfois apercevoir les enfants lors des rencontres de Chelsea. Récemment, Yanis a d’ailleurs défié son père sur la pelouse de Stamford Bridge. Le capitaine des Diables s’est fait piquer le ballon par son fils. Il a prouvé qu’il pouvait lui aussi être un sale joueur en taclant son petit. Dur.

 

[/signinlocker]

Auteur : Nicolas Dekimpe / Photos : Alex Radicchi©

Commentaires