La nuit étend enfin ses bras sur la voûte céleste liégeoise. 3 musiciens s’installent sur la scène HF6 des Ardentes 2016… 4 coups de baguette retentissent et annoncent un set touchant et élégant mené par une femme fatale, expérimentée et fragile à la fois, à la sensibilité projetée en pleine face d’un public peu nombreux ce soir au HF6 pour assister au concert de Cat Power.

Sur l’open air se prépare le phénomène Pharrel Williams. Pas de bol pour Charlyn Marie Marshall, la plupart des yeux sont tournés vers le clou le plus évident du spectacle, mais en tant que vieux maréchaux-ferrant, nos yeux auront été d’abord attirés par la qualité de l’alliage dont est fait Cat Power.  Quel honneur pour nous d’assister à cette communion dans des conditions intimistes, presque à huis-clos.

Cat Power aux Ardentes 2016 / Photo : Jérémy Alonzi

Cat Power aux Ardentes 2016 / Photo : Jérémy Alonzi

Le set était d’une justesse magnifique, d’une beauté qui touche les yeux, les oreilles et l’âme. Chicago, Bâton Rouge, New York se sont invitées aux ardentes, comme si le HF6 se transformait tout à coup en club de blues enfumé aux relents de vieux whisky. Un rêve éveillé, une hypnose orchestrée par une voix de femme au pouvoir étrange, celui d’attirer sa proie au bord du vide vertigineux de sa candeur. Un sentiment d’avoir été nourris, réconforté après 3 jours de festivals où l’on n’a fait que chercher un peu de vérité.

Voilà… Je n’ai rien n’a rajouter à par peut-être ceci:

Commentaires