A une époque où la plupart des gens sont blasés, consommant tout sur leur passage sans grand intérêt tels des moutons mâchouillant du bout des lèvres des tubes prémâchés, il arrive parfois qu’on soit réveillé de notre coma collectif.

[sociallocker]

Zuiker zuiker aux Ardentes 2016 / Photo : Jérémy Alonzi

Zuiker zuiker aux Ardentes 2016 / Photo : Jérémy Alonzi

Zuiker zuiker a relevé ce défi. En plein soleil, a l’heure du goûter, ils nous ont servi une bonne dose d’énergie sonore des plus brutes. Entre stupéfaction et dégoût (ou horreur), toute personne traversant le village de Wallifornie ce samedi après-midi n’a pu passer à côté d’un tel spectacle. On a vu des mines étonnées, des sourires larges, des bouches ouvertes, des oreilles bouchées, des yeux exorbités,  des sourcils froncés, … Certains ont fui en courant, d’autres sont restés.

Zuiker zuiker aux Ardentes 2016 / Photo : Jérémy Alonzi

Zuiker zuiker aux Ardentes 2016 / Photo : Jérémy Alonzi

Comment ne pas être alerte face à une telle mise en scène : des disqueuses, des fraiseuses, des étincelles,  un fond sonore « grands travaux »,  des beats répétitifs, un bassiste empressé dont on ne perçoit pas bien les notes, et un marin déglingué en guise de ténor qui débite un jargon inaudible à la façon de Chaplin imitant le führer !

Être étonné et être bousculé c’est ce qui nous manquait un peu. La dissonance et le chaos peuvent parfois, quand ça part d’une bonne intention, donner un cocktails explosif de bonne humeur. Les passants ont reçu une bonne dose de sucre les réveillant un instant de leur hypoglycémie musicale. Après ça, la journée ne peut qu’être que bonne.

Zuiker zuiker aux Ardentes 2016 / Photo : Jérémy Alonzi

Zuiker zuiker aux Ardentes 2016 / Photo : Jérémy Alonzi

[/sociallocker]

Commentaires