Quand toi, histoire de gratter le plus de minutes de sommeil possible, tu prévois 20 minutes top chrono pour te laver, décider ce que tu vas porter –pour au final enfiler un jeans et un pull comme chaque autre jour de la semaine-, boire un café et éventuellement avaler un truc, les jumelles Muntic, elles, se lèvent tous les jours 2 heures avant d’aller bosser pour se préparer dans les règles de l’art. Être glamour, ça prend du temps, c’est tout un lifestyle.

_mg_9912

Maxence Dedry©

Maxence Dedry©

Un lifestyle qu’ont progressivement adopté Edina et Médina. Originaires de Bosnie, un pays où, comme dans beaucoup de pays de l’Est, les femmes sont très coquettes et ne lésinent pas sur les efforts pour se sentir belles, les deux sœurs ont, quant à elles, commencé à vraiment s’intéresser à l’esthétique et l’univers des Pin Up en 2010.  C’est devant les photos d’une certaine Aida Diapo, connue maintenant sous le nom de Idda Van Munster et Bosniaque elle aussi, qu’Edina et Medina ont développé cette fascination pour ces femmes à la taille de guêpe et à l’eyeliner aiguisé.

C’est aussi le passage d’une école très stricte à une école d’art qui leur a donné la liberté de s’essayer au style retro sans être jugée par leurs camarades, ou du moins pas trop sévèrement.

Alors l’art du look Vintage c’est quoi ? Elles me répondent que c’est le soucis du détail, c’est ne rien laisser au hasard. C’est pouvoir porter la combinaison corset-bas résilles sans avoir l’air vulgaire. C’est aussi avoir l’air apprêtée même avec un jeans et un t-shirt, être sexy à tout moment de la journée, avoir une coiffure et un maquillage parfait en toute circonstances. C’est surtout savoir prendre du temps pour soi et c’est ça qu’elles adorent. D’ailleurs quand je leur demande à quels moments elles sont le moins glamour la réponse est « seulement quand on est chez nous, devant un film, pas maquillée et pas coiffée »… Un peu comme nous au quotidien quoi. D’ailleurs en parlant de films, là aussi on reste dans l’esprit vintage : pas question de passer son dimanche devant la dernière série Netflix, chez les Muntic on préfère revisionner les grands classiques tels que « Les hommes préfèrent les blondes », « Cry Baby » ou encore « The notorious Bettie  Page ».

Maxence Dedry©


On emprunte donc aux années 50 leur esthétique et leur classe mais on prend soin de surtout leur laisser leur mentalité. En 2016, les pin up ne sont plus le reflet d’un idéal de la femme fantasmé, avec juste ce qu’il faut là où il faut et qui fait la vaisselle avec un grand sourire sur les affiches publicitaires. Non, aujourd’hui être une pin up c’est faire partie d’une vraie communauté composée de filles des quatre coins du monde, avec tous types de morphologies, avec des formes généreuses ou pas du tout, avec des cheveux roses ou couvertes de tatouages. Ce sont des filles qui s’entraident, se conseillent et se rencontrent via les réseaux sociaux. Elles parlent aussi bien de maquillage, de coiffure que d’acceptation de soi et de refus d’objectivation. Elles témoignent aussi des regards et réflexions quotidiennes qui rythme leur sorties, expriment leur ressenti face aux commentaires bien lourds et mal placés de certains « admirateurs » ou moralisateurs des gardiens de la pudeur.

Edina et Médina, elles, vivent plutôt bien le regard des gens. D’ailleurs si tu comptes les vexer en leur disant « que ce n’est pas encore Halloween », tu fais erreur. C’est pour elles un grand compliment, tout comme « Morticia » ou même « sorcière ». Il faut dire que les deux sœurs vivent pour cette fête païenne, l’attendent toute l’année avec impatience  et ont d’ailleurs fait des maquillages d’horreur (SFX pour les connaisseurs) leur passion, commune, encore une fois.

Chercher des différences entre ces deux sœurs, qui ont répondu à nos questions de façon individuelle tout donnant des réponses presque identiques mots pour mots, n’est pas une mince affaire. Alors je leur ai demandé plus directement, « Qu’est ce qui vous différencie l’une de l’autre ? ». « Notre couleur de cheveux », m’ont-elles répondu.

_mg_0230

Maxence Dedry©

Où elles shoppent :

TopVintage.net

TheBalm.com

Où elles sortent :

La Radio Modern

Où les suivre :

Facebook : Lady Munster & Dinamorti

Instagram : @lady_munster (Medina) et @dinamorti (Edina)

 

Texte : Mathilde Bosquet
Photos : Maxence Dedry

Commentaires