Ils ont été nourris aux boulets, à la compote et à la bière.  Ils ont été élevés dans des fanges de sous-bois. Ils ont grandi parmi les mobylettes, les tracteurs et les curés.  Ils ont été éduqués par Nouba Nouba et le club Dorothée.  Ils sont Sauvage ! BAM (en tapant du poing sur la table) ! Sauvage!

Sauvage Sauvage©

Ils aiment les images : leurs formes, leurs esthétiques, leurs mouvements.

Ils aiment la musique : celle qu’ils composent, celle des copains, celle de ceux qui les inspirent et qu’ils inspirent.

Ils aiment les mots : les leurs, ceux qu’ils empruntent, ceux qu’ils décorent.

Ils aiment la logique combinatoire qui les mêle tous les trois.

Ils créent, réalisent, façonnent et très souvent accouchent d’expériences vidéos et sonores : des clips vidéos, des courts-métrages, des spots, des interviews et parfois tout autre chose et son contraire.

Leur nature est leur nom. Une dualité omniprésente. Une beauté douce et immensurable combinée à une réalité précise et brute. Sauvage par le côté féroce, bestial et sans retenue de certains thèmes abordés et Sauvage par le côté naturel, instinctif et vital d’autres sujets traités.

Sauvage Sauvage©

Mais aussi Sauvage par leur manière de fonctionner. Pratique et efficace, chaque contributeur de chaque projet se retrouve transfiguré en un MacGyver (sans mulet ou avec). Également Sauvage par le côté indomptable de leur énergie créatrice, Sauvage par la meute qu’ils forment et la relation familiale qui les unit et les fait fonctionner. Et Sauvage Sauvage parce que Duran Duran ça existait déjà.

Les Sauvage Sauvage, c’est avant tout un croisement Brundlien entre un sanglier cartésien, un castor philosophe et un cerf technophage. Un trio aux tentacules liégeoises désordonnées et incohérentes qui, envers et contre tout, a décidé de croiser les effluves pour le meilleur (souvent) et le pire (parfois). Des chevaliers du Ni dont la troisième tête s’occupe de couper les deux autres lorsque leur croissance devient infernale. Mais surtout trois araignées en quête d’une morsure de Peter Parker qui passent leurs heures perdues à appâter le copain au talent unique. Le copain qu’ils pousseront à contribuer par cette force collective et inconsciente à leur Wild Wild web.

Un projet Sauvage Sauvage, c’est avant tout un coup de foudre pour une idée, pour un artiste, pour un concept. Puis c’est une folie créative sans retenue. Ils s’adaptent mais sont sans compromis. Ce sont des moyens limités au service de l’imagination et de la débrouillardise. Ce sont des défis techniques et artistiques. C’est une équipe de copains : tout le monde n’est pas professionnel mais le devient! Chacun se retrouve dans une spécificité du projet, dans un de ses challenges, dans son esthétique et voilà celui-ci mutagénisé. Et enfin c’est un projet propulsé par un trio perfectionniste, buté, inépuisable, inarrêtable, sauvage et sauvage.

En bref, une description du collectif Sauvage Sauvage ça donne : des boobs, des kilos de fricadelles de bouc, des seaux de semence, des roux theutois, des américano-flamands, des pêcheries, des voitures cassées, des scopitones, des renardes bandantes…. Après cette lecture, vous devez être perplexe mais intrigué. Faites-vous plaisir, lancez votre internet, remplacez pornhub.be par sauvagesauvage.com et vous m’en direz des nouvelles !

Faites-vous plaisir @ sauvagesauvage.com

The Blind Shake “I Shot All The Birds”
Savoureusement inspiré par Sin City, Afro Samurai, Cobra, Cowboy Bebop, Akira.Un deuxième clip réalisé pour le groupe avec, comme à chaque fois, une liberté totale sur l’aspect visuel du clip!

Benoit Lizen “Ano Gwelena”

Une atmosphère onirique pour ce clip réalisé entre amis dans une forêt liégeoise. Le défi technique fût l’enregistrement live filmé en plan séquence à 5h du matin dans un bois plutôt frisquet!

 

Et joyeux Noël !

 

Textes et Illustrations : Sauvage Sauvage©

Commentaires